© 2011 admin. All rights reserved. 13 linhas geome

São Vicente. Teintes, textures, reflets, lignes et le temps

São Vicente.

Les lignes, textures, teintes de l’île tissent une trame qui catalyse les perceptions.

Dans l’indéfinition du bruit des photographies, deviner les grains roulant par millions sous la semelle ; le bruissement subtil des minéraux frottés les uns contre les autres ; le son des cailloux, plus ou moins rauque, mat, profond ou clair.

Les volumes minéraux se réduisent en lignes géométriques dans les deux dimensions de la photographie. Plans marqués par les réflexions contrastées des surfaces que la distance plaque.

Les brumes sont minéralisées. Les airs chargés d’infinies poussières, d’embruns égarés, de vapeurs arrachées nuitamment à la terre, aux roches, aux plantes.  Les odeurs, les épaisseurs et la consistance de l’air se figent dans de timides réflexions ourdies d’un soleil bas.

Comme  les images réduisent le volume, l’odeur, les mouvements de ces matières, notre perspective aplatit le temps dont témoignent ces masses minérales. Un temps de masses qui nous échappe.

Pourtant, les teintes et les textures et les reflets des images instantanées montrent la fragilité et fluctualité des lignes, des volumes, leur jeunesse et éphémérité à l’échelle minérale. Entre le sel, la dune, le bloc de granit volcanique, que de rythmes, couches chronologiques. Comme sur les photographies, nos perceptions ne font qu’en effleurer la surface.

Did you like this? Share it:

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>